Le Prix France-Liban à Nada Anid pour « Les très riches heures d’Antoine Naufal »

07/12/2012

Distinction Réuni sous la présidence de Jacques Chevrier et en présence de tous ses membres (l’ambassadeur Paul Blanc, les écrivains Vénus Khoury-Ghata, Carole Dagher, Gérard Khoury, l’attaché culturel près l’ambassade du Liban, Abdallah Naaman, l’attaché culturel près de la Délégation libanaise à l’Unesco, Bahjat Rizk, et l’ambassadeur Bassam Tourba), le jury du Prix France-Liban a décerné son prix pour l’année 2012 à l’ouvrage de Nada Anid, Les très riches heures d’Antoine Naufal – Un libraire à Beyrouth, paru aux éditions Calmann-Lévy.

Bien que le choix de cette année fut florissant, avec une palette d’ouvrages, romans ou essais, de grande tenue, l’histoire de cet amoureux du livre et combattant de la culture que fut Antoine Naufal – et de la mythique librairie beyrouthine devenue une véritable institution – est emblématique du lien culturel profond qui lie le Liban à la France. Le jury du Prix France-Liban couronne ainsi un pan d’histoire familiale qui débute à la fin du règne ottoman, traverse la période du mandat et celle de l’Indépendance, fait revivre le « balad », le cœur battant du Beyrouth d’antan, et rappelle combien la consolidation des relations franco-libanaises s’est faite autour du livre. Tout cela à travers l’histoire d’une librairie qui fut le passage obligé de l’intelligentsia libanaise (et française) des années 1950, 60 et 70. En fait, ce sont les très riches heures d’un âge d’or, puis de la résilience des Libanais durant la guerre (dont la famille Naufal à travers leur entreprise familiale), que raconte l’ouvrage bien documenté et bien écrit de Nada Anid. L’histoire d’un homme qui a donné son prénom à la première grande librairie libanaise se confond un peu aussi avec l’histoire de plusieurs générations de Libanais dont les souvenirs portent immanquablement, quelque part dans leurs replis, l’enseigne de la librairie Antoine. C’est donc la résistance culturelle d’un peuple, de son attachement à la France et de sa soif d’ouverture culturelle sur le monde, qui est également honorée.

C.D.

Source : L’Orient Le Jour

Publicités
Cet article, publié dans Prix, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s