Oussama Diab au centre de la duplicité de l’homme

Par Colette KHALAF | 06/12/2010

L’homme servile et asservi selon Oussama Diab. (Michel Sayegh)L’homme servile et asservi selon Oussama Diab. (Michel Sayegh)
Exposition Ses toiles, où se lit l’angoisse, mais, en filigrane, l’espoir, témoignent de l’état actuel de l’homme. L’être unique et double, roi et servile, Oussama Diab le reproduit dans une série d’œuvres exposées à la Ayyam Gallery* jusqu’au 15 janvier.

Établi en Syrie, l’artiste Oussama Diab s’est fait connaître à travers plusieurs expositions collectives dans les Émirats, au Caire et au Canada. Son travail dynamique et porteur de message se veut engagé dans la marche de l’humanité. C’est pourquoi son parcours s’inscrit dans la continuité de prédécesseurs, dont il avoue avoir subi l’influence. On pourrait ainsi reconnaître un souffle des œuvres de Picasso, mais également celles de Basquiat ou de Munch. «Pourquoi, dit-il, l’histoire ne se répète-elle pas?» Dans cette spirale artistique, Oussama Diab, qui est né dans un terreau imbibé d’art, relie son maillon (si petit soit-il), et pour son premier accrochage solo à Beyrouth, présente ce travail à la fois complexe mais tellement réaliste qu’il a baptisé «Kings, Masks and Other Things».

Dynamisme et inquiétude
«Toucher du doigt le mal afin de pouvoir en extraire la douleur». C’est ainsi que s’exprime Diab qui traduit son angoisse dans cet être asexué, bicéphale et ambivalent qu’il reproduit dans plusieurs situations. «Tout homme a en lui deux personnages qui se confrontent (référence aux masques). Par ailleurs, il y a les rois qui trônent sur la masse humaine pacifique et l’entraînent souvent dans des projets belliqueux, alors que ces hommes asservis ne veulent que la paix (référence à la fleur et au revolver)». Les deux sexes sont réunis dans un seul corps car l’essentiel est de donner un éclairage sur l’état humain en général. «La mondialisation a fait de nous des hommes universels intéressés par tous les problèmes du monde. C’est pourquoi l’entité humaine que je représente ploie sous le poids de tous ces tourments.»
Sur ces toiles grand format où l’artiste s’approprie la couleur pour la réinventer, la peinture non polie et souvent en lavis et les teintes fortes instaurent le contraste de l’état chaotique de l’homme. Comme sur une scène de théâtre, «car la vie n’est-elle pas une comédie?» dit l’artiste, les personnages observent parfois le spectateur. Angoissants et douloureux, leurs regards croisent ceux de l’extérieur et l’interrogent. La série de toiles semble se composer de plusieurs étapes comme les phases de la vie d’un homme, et plus on se rapproche des plus récentes en date, plus les personnages se dénudent, enlèvent leurs maques et tels des embryons, se replient sur eux-mêmes. À la recherche peut-être de leur essence perdue.

* Ayyam Gallery, Beirut Tower, rue Zeitoune. Tél : 01/374450.

Source: L’Orient Le Jour
Publicités
Cet article, publié dans Événements culturels, Peinture, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s