Les Livres des Morts s’exposent au British Museum

07/11/2010
Le
Le « Livre des Morts » recouvre des formules magiques, inscrites sur les murs, les sarcophages ou plus communément les rouleaux de papyrus placés dans la chambre du mort.
Archéologie – Les anciens  Égyptiens partaient dans leur long voyage vers l’au-delà bardés de formules magiques et d’incantations : ces « Livres des Morts » magnifiquement illustrés sont exposés, certains pour la première fois intégralement, depuis vendredi au British Museum à Londres.
« Le British Museum possède la plus vaste collection de Livres des Morts au monde », explique son directeur Neil Mac Gregor.
Pourtant, le musée – le plus populaire au Royaume Uni avec 6 millions de visiteurs par an – n’avait jamais monté d’exposition spécifique : « nous n’avions tout simplement pas l’espace pour le faire », résume John Taylor, commissaire de l’exposition.
Car les papyrus, très fragiles, ne supportent pas la lumière du jour. Même exposés dans l’obscurité sous une lumière contrôlée, ils ne peuvent être montrés plus de quatre mois, de peur d’altérer leurs pigments.
Les précieux manuscrits sont exposés, aux côtés de momies, de sarcophages et autres objets funéraires, dans la rotonde du 18e siècle qui abritait la salle de lecture du Museum.
Plongé dans l’obscurité, le visiteur pénètre d’autant mieux l’intimité des hauts personnages, scribes, prêtres ou famille royale qui pouvaient s’offrir les précieux talismans. « Les pauvres avaient théoriquement autant le droit d’accéder à l’au delà et à l’éternité, simplement ils n’avaient pas les moyens de s’offrir les formules magiques qui les aideraient dans leur quête », rappelle M. Taylor.
Le « Livre des Morts » recouvre en réalité quelques 200 formules magiques, inscrites sur les murs, les sarcophages ou plus communément les rouleaux de papyrus placés dans la chambre du mort.
L’âme du défunt voyageait chaque jour, et regagnait le soir le corps momifié. Dans son voyage, l’âme affrontait mille périls (dieux méchants, serpents, crocodiles etc.) et surtout rencontrait 42 dieux : le Livre des Morts fonctionnait comme un talisman, permettant à l’âme de franchir les obstacles. Plus il était complet -et plus riche son commanditaire- plus le mort avait de chances de gagner l’éternité.
Au terme du voyage, la fameuse pesée du coeur déterminait si le défunt gagnait un séjour éternel, ou si le coeur était avalé tout cru par le monstre à tête de crocodile.
« Ce qu’espéraient les anciens Égyptiens, c’était rentrer à la maison : leurs Livres montrent l’au-delà sous les traits d’une Égypte idéale, sans mort, sans faim », explique M. Taylor.
On peut ainsi admirer un dessin de la maison égyptienne parfaitement climatisée, dont le toit s’ornait de deux ouvertures en triangle destinées à laisser entrer la brise…
Pour la première fois, deux Livres des Morts sont présentés dans leur intégralité. L’un, de 5 mètres de long est magnifiquement illustré car plus ancien. L’autre, le plus long découvert à ce jour, de 37 mètres, est plus sobre car plus récent, bien qu’il ait tout de même 3 000 ans.
Ce très long Livre des Morts accompagnait la fille du grand prêtre d’Amon, soit la plus haute autorité religieuse d’Égypte, dans son voyage vers l’au-delà.
Réservés dans un premier temps aux hommes de haut rang, les Livres des Morts se sont démocratisés au fil du temps, gagnant les femmes et les couches bourgeoises de la société.
Mais gare au mauvais payeur ! Le scribe Bakenmut a vu son nom effacé de tous les cartouches de son Livre des Morts, probablement parce que sa famille n’avait pas réglé la note.
L’exposition, ouverte du 4 novembre au 6 mars 2011, inaugure un cycle sur la religion, les deux suivantes portant sur l’Europe médiévale et le « hadj », le pèlerinage à la Mecque.
Les Livres des Morts regagneront quant à eux des caissons étanches, sous vide et à l’abri de la lumière, destinés à les préserver pour l’éternité.
Publicités
Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s