Lancement du club libanais du livre à Paris

PARIS, par Diana Kahil | iloubnan.info – Le 08 juillet 2010
iloubnan.info a rencontré une figure dynamique de la diaspora libanaise, une figure authentique et joviale, soucieuse de faire connaitre et de propager la culture et l’héritage libanais à travers les nombreuses actions qu’elle mène avec passion et conviction : Artémis Kairouz, Présidente de Artémis Voyages, mais aussi Présidente de Garden Group France, trésorière du Club Libanais du Livre – France (Patricia Atallah en est la secrétaire générale) et membre active de plusieurs associations franco-libanaises, a répondu à nos questions autour du lancement du club Libanais du Livre en France , un événement placé sous le patronage de l’ambassadeur du Liban en France Boutros Assaker, et qui a rassemblé le 3 juin à Paris de nombreux auteurs, écrivains et personnalités. Rencontre.

Quels sont les principaux objectifs que prône le club libanais du livre – France ?

Le club libanais du livre prône un éventail d’ idées et d’actions autour de la lecture de livres écrits ou traduits en français qui concernent de près ou de loin, d’une manière ou d’une autre, notre cher pays, à savoir le Liban. Ces actions menées activement ont pour but de faire des différences une source de richesses, de diversité culturelle, de coexistence pacifique et de paix. Elles s’appuient sur le renforcement d’ intérêts communs tels développement constant, débat et dialogue . Cela notamment par le biais d’un partage des opinions, d’échanges socio-culturels et littéraires et de consolidation des expériences.

Quel a été le point de départ de ce projet ?
En matière de genèse du projet, notons d’une part la désignation de Beyrouth Capitale Mondiale du Livre par l’Unesco et d’autre part l’initiative du Père Maroun Atallah qui a contribué activement au lancement du Club Libanais du Livre au Liban . Ce dernier a voulu créer de part et d’autre du monde et, dans le sillage de cette initiative plusieurs Club Libanais du Livre . L’idée a séduit plusieurs personnes en France. Ces personnes se sont ainsi consolidées de manière on ne peut plus solidaire pour créer cette association.

Quelques mots au sujet des actions menées par le Club ?…
Promouvoir le livre et surtout viser une promotion “ long-terme ”. Tout d’abord il faudrait qu’il y ait une sélection des livres, un choix, une lecture . Une conférence d’un écrivain a été, sera à l’avenir organisée et un débat suivra naturellement. Si l’écrivain n’est plus de ce monde, un autre écrivain ou un éditeur ou même un journaliste pourront animer le débat. Le projet a abouti et a correspondu on ne peut mieux à nos attentes. Le lancement des activités culturelles a eu lieu le 3 juin avec en première partie un débat autour du Roman, rassemblant des écrivains de renom tels : Vénus Ghata Khoury, Najwa Barakat, Jabbour Doueihy, Hassan Daoud et participation de Farouk Mardambey comme modérateur . La deuxième partie thématique a étroitement concerné un ouvrage à triple portée didactique, symbolique et sociale : “ Les proverbes de ma mère “ de Hana Samadi Naaman.
Le meilleur est encore à venir…

Quel rapport personnel entretenez-vous avec la littérature de manière générale ?
A vous dire très franchement je baigne davantage dans le domaine scientifique que littéraire . Mais lorsque Père Maroun m’a demandé de faire partie de l’équipe, je n’ai pas hésité une seconde à dire oui . Il est vrai que j’apprécie le livre, son univers et ses activités, cependant je ne suis pas pour autant spécialiste de la question. Mon rôle de trésorière m’a ainsi semblé adéquat. Cela me permet également de faire “quelque chose” pour mon pays, faisant d’une certaine manière découvrir le Liban, sa culture, ses traditions et sa richesse à travers le livre qui est avant tout un voyage de l’esprit. Dans mon métier, je fais cela à travers le tourisme.
Aussi, plus je voguais dans ce monde, plus je le trouvais intéressant et passionnant: un nouveau monde plein et de savoir que je n’ai cessé d’apprécier et de découvrir de jour en jour. J’ai ainsi souhaité profondément et du fond du coeur, le faire découvrir à la nouvelle génération d’origine libanaise et également à nos amis français.

Quelle place occupe la littérature étrangère au sein de ce club libanais du livre ?
L’équipe du Club et moi-même, nous nous sommes intéressés à toute littérature étrangère écrite ou traduite en français qui parle du Liban ou qui retrace son image multiculturelle. Le dialogue des cultures occupe une place phare et privilégiée au sein du Club Libanais du Livre – France.

Quel est votre actuel livre de chevet ? Quel écrivain ou auteur libanais a – t-il bercé votre enfance ?
Deux libanais ont bercé mon enfance : Gebran Khalil Gebran et Saïd Akl . Mon livre de chevet actuel est ma dernière acquisition. Il s’intitule :  » De la montagne du Liban à la Bastide Royale de Fleurance ». Son auteur est Camille Aboussouan.

Source: iloubnan.info

Publicités
Cet article, publié dans Articles, Club Libanais du Livre France, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s