Littérature et musique pour l’inauguration du Club libanais du livre à Paris

CULTURE
Par Carole DAGHER | 08/06/2010
Une vue de la rencontre.(DR) 

Initiative C’est par un débat littéraire animé par Farouk Mardam bey, directeur de la collection Sindbad chez Actes Sud et conseiller culturel à l’Institut du monde arabe (IMA), que le Club libanais du livre a inauguré sa branche française, autour de quatre auteurs libanais, Vénus Khoury-Ghata, Hassan Daoud, Jabbour Doueihy et Najwa Barakat

Un public averti et nombreux a été reçu avec affabilité dans la salle des mariages de la mairie du 14e arrondissement, par le maire Pascal Cherki qui, après une chaleureuse allocution de bienvenue, a cédé la parole à Philippe Chémali pour la présentation du club qu’il préside, puis à Abdallah Naaman, attaché culturel de l’ambassade du Liban. Ce fut ensuite au tour de Michèle Gendreau-Massaloux, chargée de mission à la présidence de la République pour l’Union pour la Méditerranée (UPM) et membre du Comité de patronage, de louer la relation particulière que le Liban entretient avec le livre. «Rares sont les pays dont la conscience nationale s’est forgée autour du livre, comme c’est le cas du Liban», devait-elle notamment déclarer. Elle a estimé qu’il fallait sauvegarder les trois «objets-symboles» de la Méditerranée, aujourd’hui menacés: l’arbre (le cèdre au Liban, le chêne en France et d’autres variétés), le poisson, premier symbole des chrétiens, décimé par la pêche tous azimuts et la pollution, et le livre, instrument de diffusion de la connaissance et de la communication.
Un historique de la littérature libanaise, et notamment du roman, devait être magistralement brossé ensuite par Farouk Mardam bey. Soulignant l’influence de l’œuvre de Gibran Khalil Gibran sur les débuts du roman libanais et notamment de son ouvrage Les ailes brisées, l’éditeur cite les auteurs majeurs de la première moitié du XXe siècle : Maroun Abboud, Mikhaïl Neaymé, des femmes pionnières comme Leyla Baalbaki, Émilie Nasrallah et, dans les années 60, Youssef Habchi el-Achkar. La guerre libanaise fut un tournant. «Les auteurs libanais y ont acquis une conception tragique de l’histoire et ont rompu avec l’image du Liban, pays de cocagne, véhiculée par leurs pères. Ils ont osé transgresser les tabous religieux, politiques, sociaux, qui étaient dominants avant la guerre, et ils ont porté attention aux détails de la vie quotidienne. Ce faisant, ils ont rénové la langue arabe elle-même», a déclaré Mardam bey. «On peut dire que le roman libanais a accédé à la maturité dans la douleur et le désarroi.» Il a souhaité que les grandes maisons d’édition françaises s’ouvrent au foisonnement de la littérature arabe contemporaine.
Tour à tour, les auteurs invités devaient ensuite communiquer leur propre lecture du roman libanais contemporain, avant de présenter leurs derniers ouvrages. L’influence déterminante de la guerre devait clairement ressortir de leurs analyses respectives, à travers un questionnement sur la violence, l’identité, le rapport aux autres et à la terre.

Proverbes et paramètres

Un court intermède musical devait permettre à Roula Safar, étonnante mezzo-soprano, de dévoiler la pureté de sa voix à travers un bouquet musical comprenant des poèmes de Vénus Khoury-Ghata, de Georges Shéhadé, mais aussi un texte sacré relatif à Ishtar, déesse assyrienne, ainsi que deux chants baroques du XVIIe siècle, tout en s’accompagnant elle-même à la guitare et à la percussion.
La deuxième partie de la soirée s’est traduite par la présentation de deux ouvrages. Le premier, Les proverbes de ma mère, de Hana Samadi-Naaman, fruit d’un travail de sept ans, au cours desquels l’auteur a recueilli 3344 proverbes libanais. Le 2e ouvrage n’est plus à présenter: Les paramètres d’Hérodote ou les identités culturelles collectives, de Bahjat Rizk, attaché culturel de la délégation libanaise à l’Unesco.
Source: L’Orient Le Jour
Publicités
Cet article, publié dans Articles, Club Libanais du Livre France, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s